XTZ SUB 1X12

Publié par Pierre Dubarry, le
Catégorie : Kit d'enceintes
Mots-clés : -
Pour faire suite à notre test du pack d' XTZ Cinema que vous pourrez retrouver à cette adresse, au vu de l'intérêt d'un certain nombre d'entre vous, nous avons décidé de vous proposer un banc d'essai séparé du caisson de graves XTZ 1X12. Voici notre verdict.

XTZ SUB 1X12

Un joli petit monstre  équipé d'un 30 cm et une amplification de 500 W, sur le papier le menu est alléchant, comme toujours, mais avons-nous enfin un vrai concurrent à l'excellent PB-2000 de SVS (lire notre test) ? Réponse dans notre test.

La marque XTZ est commercialisée en France par Vidéopole.

Configuration de test :

  • Caisson de graves XTZ SUB 1X12 (PPI : 849 €)
  • Enceintes : Pack 5.1.2 XTZ Cinema (config 1) / Magnat Quantum 1009S + M6 LCR + S5 Dipole 3x + S2 Atmosphere
  • Amplificateurs AV: Onkyo TX-RZ800, Anthem MRX500, Arcam SR250, PA-MC5501
  • Amplificateurs intégrés stéréo : A-S2100, NAD M3
  • Sources : BDP-103EU, HTPC
  • Supports : , DVD, CD, S.A.CD et fichiers audio/vidéo (MKV, DSD, Flac, etc.)

Présentation du XTZ SUB 1X12 :

Physiquement moins imposant qu'un PB-2000 par exemple, le gabarit du 1X12 se rapproche davantage d'un R112SW chez ou le J112, autrement dit un caisson aux proportions équilibrées (L x H x P : 510 x 450 x 475 mm), mais aussi et surtout une qualité de fabrication exemplaire.

XTZ SUB 1X12

À l'image du reste des enceintes de la gamme Cinema, le 1X12 arbore un look élégant et discret  avec sa finition noir matte composée de pas moins de huit couches de peinture satinée et ses lignes trapézoïdales. Au niveau du coffret même (MDF), pour optimiser l'inertie les parois latérales atteignent 18 mm d'épaisseur, sur laquelle vient se rajouter un contreventement de 40 mm. L'intérieur est traité avec plusieurs couches de mousse acoustique.

Le haut-parleur de 12 pouces est fabriqué à partir de fibre de pulpe mélangée, qui permet selon le fabricant de fournir des niveaux de pression acoustique élevés avec un cône extrêmement léger et une membrane rigide. La conception de ce dernier a été optimisée par FEA et laser Klippel, XTZ indique d'ailleurs utiliser un large anneau en aluminium pour réduire l'inductance et la distorsion, une bobine en aluminium capable de supporter les hautes températures avec le système Airflex Maximizer, une membrane entourée de caoutchouc NBR pour conserver une excursion linéaire, tandis que le Spider a été fabriqué à partir d'un mélange de polycoton et d'un Nomex à longue course. Le woofer est alimenté par une amplification Classe D Claridy de 500 W (900 W en crête), que l'on retrouve par exemple sur les caissons pro Ken Kreisel.

Sous ses faux airs de caisson clos, le 1X12 est en réalité un caisson Bass Reflex. D'ailleurs, tout comme les caissons Klipsch, le port Bass Reflex prend la forme d'une ouverture de quelque cm sur la face avant du caisson. Il est toutefois accompagné d'un bouchon pour transformer le 1X12 en caisson clos, même si le terme semi-clos est plus adéquat. Un concept récemment repris par le fabricant sur la nouvelle série 17, de manière un brin différente.

XTZ SUB 1X12

En basculant sur l'arrière, on découvre une large connectique, assurément la plus généreuse qu'il nous ait été donné de voir sur un caisson de graves à ce jour avec une entrée LFE/ligne, une entrée asymétrique XLR pour raccorder le caisson à un préamplificateur, et enfin une sortie XLR Direct Pass-Thru.

On retrouve naturellement trois boutons pour régler la phase (0-180°), la fréquence de coupure (40-160 Hz) et le volume, mais également un sélecteur pour activer/désactiver le filtre passe-bas et le mode de mise sous tension (Auto On/Always On), et deux réglages d'égalisation sur lesquels nous reviendrons plus avant dans cet article.

Enfin, comme d'habitude chez le fabricant, le caisson est livré avec un manuel et une paire de gants.

Analyse sonore du XTZ SUB 1X12 :

Pour avoir eu l'occasion d'écouter l'énorme 3X12 à l'occasion du dernier Festival Son & Image, nous espérions beaucoup de son petit frère le 1X12. Pour ce test, réalisé en parallèle de celui de celui pack d'enceintes XTZ Cinema (lire notre article), nous avons utilisé le 1X12 dans deux types d'environnements, plus précisément un salon de 40 m² et une salle dédiée de 30 m². Nous l'avons principalement associé aux Onkyo TX-RZ800 et Anthem MRX500, alimentés par un bloc de puissance PA-MC5501, et en parallèle l'intégré AV stéréo Arcam SR250. Voici notre compte-rendu.

XTZ SUB 1X12

Dans le domaine des caissons de graves, deux écoles s'affrontent dans cette tranche de prix : les caissons Bass reflex conçus pour les écoutes Home-cinéma, tandis que les caissons clos s'orientent vers une plus large polyvalence, avec un grave généralement moins profond, mais qui compense par sa musicalité. Le caisson de graves XTZ vient s'intercaler entre ces deux manières de concevoir un caisson de grave, une sorte de compromis aux résultats particulièrement intéressants.

Commençons donc par les mesures, que nous avons réalisées à l'aide d'une interface audio M-Audio et un microphone placé à 1 mètre de l'évent. Autre précision, aucune égalisation n'a été appliquée sur les enceintes et le caisson afin d'éviter toute influence sur les valeurs mesurées.

En configuration standard Bass-reflex, nous avons un premier aperçu des capacités du caisson XTZ Cinema 1X12 sur le graphique ci-dessous, avec un extrême grave de très belle qualité sur la tranche 20-31,5 Hz avec une moyenne de 106 dB dB SPL, une valeur "plus ou moins" proche de ce que l'on trouvait déjà sur le PB-2000 de SVS. On note toutefois quelques petites différences, en particulier sur la première partie du spectre avec un PB-2000 qui se montrait finalement plus à l'aise sur la tranche 17-19 Hz là ou le 1X12 prend plutôt ses marques aux alentours des 20-22 Hz, avant de se stabiliser à 108 dB SPL sur les fréquences 25-31,5 Hz. L'écart n'est pas significatif, dans un cas comme dans l'autre, d'autant plus en tenant compte du fait que très peu de films utilisent aujourd'hui des fréquences inférieures à 20 Hz, même chose pour la musique à l'exception de l'orgue.

XTZ SUB 1X12

Nous pouvons le voir sur le graphique ci-dessus, le 1X12 atteint son plein potentiel sur la seconde partie de la courbe, entre 40 Hz et 63 Hz avec une moyenne de 111 dB SPL. Dans un environnement à l'acoustique encore mieux contrôlée, on peut espérer quelques dB supplémentaires, jusqu'à 119 dB environ selon le fabricant, un chiffre qui semble relativement cohérent.

Enfin, comme nous l'indiquions au chapitre précédent, le caisson est livré avec une mousse à insérer dans le port Bass reflex. Sans surprise, l'extrême grave perd en profondeur (100 dB SPL à 22 Hz tout de même) et se montre définitivement plus à l'aise à partir des 40 Hz jusqu'à atteindre sa pleine mesure à 60 Hz avec environ 108 dB SPL.

XTZ SUB 1X12

Le XTZ SUB 1X12 en situation :

D'excellentes prédispositions qui se confirment lors des différentes écoutes, le caisson XTZ est d'une polyvalence particulièrement appréciable. Sur les bandes-son de films, le 1X12 montre toute l'étendue de son talent avec une explosivité à toute épreuve et, comme nous l'avons vu précédemment, une capacité à maintenir un important niveau de pression sonore (SPL) sur une très large partie du spectre.

Ce qui est intéressant dans le cas présent, c'est que l'ensemble conserve une parfaite inertie, cela se traduit par un grave parfaitement contrôlé et une bonne assise, et par extension un grave ferme/sec et très tendu. On ressort de certaines séances complètement lessivés. Mais le plus surprenant, c'est que là ou certains caissons Bass-reflex ont tendance à traîner légèrement, le Cinema SUB 1X12 fait preuve d'une agilité surprenante...assez proche dans l'idée de certains caissons clos.

Un point qui revêt un intérêt tout particulier lors des écoutes musicales, en configuration close, où le caisson sait montrer un vrai sens de la mesure, notamment sur certains instruments comme le piano et la contrebasse ou certaines notes flirtent aux alentours des 40 Hz, sans venir interférer avec les frontales ou montrer un éventuel caractère trop entreprenant, à l'instar du joli tapis de grave déployé sur les fichiers DSD de Time des Pink Floyd, et le mixage énergique de Survivor des Destiny's Child.

Concernant les deux égaliseurs proposés, l'utilisation de l'un ou l'autre va d'abord dépendre de l'acoustique de la pièce. Dans une salle dédiée ou un salon équipé de quelques panneaux acoustiques/bass traps, l'Anechoïc Room EQ est à privilégier de par son caractère plus naturel; attention cependant, dans certains salons l'effet pourra être opposé, et éventuellement donner un grave un peu trop "boomy". Dans ce cas mieux vaudra opter pour le Room Gain EQ.

Pour terminer ce chapitre, voici un compte-rendu de quelques écoutes réalisées avec le Cinema SUB 1X12 :

Mad Max Fury Road : course-poursuite

XTZ SUB 1X12

Si le dernier Mad Max enchaîne des scènes toutes aussi invraisemblables les unes que les autres, notamment l'infernale attaque du convoi, nous avons opté pour la course-poursuite du gang des motards. Le 1X12 fait parler la poudre, au sens littéral du terme, les premières minutes en mettent plein la vue, des percussions lourdes qui viennent entrecouper le dialogue entre les motards et Charlize Theron, jusqu'à l'éboulement et la folle course-poursuite qui s'engage, le caisson XTZ fait étalage de tout son savoir-faire avec un grave physique, mais très agile.

Master & Commander : bataille navale

XTZ SUB 1X12

Les années passent, mais le Blu-ray de Master & Commander : de l'autre côté du monde propose encore et toujours l'une des plus belles bande-son de ces 10 dernières années, et plus particulièrement la première scène de bataille navale entre les frégates Surprise et Achéron. La violence et le caractère viscéral des tirs de impressionnent, chaque détonation claque et résonne avec une tension inouïe, jusqu'au final avec l'effondrement du mât du navire britannique.

Interstellar : traversée du trou de ver

XTZ SUB 1X12

Acoustiquement parlant, la traversée du trou de ver est l'une des scènes à l'acoustique la plus marquante du dernier film de Christopher Nolan avec des niveaux délibérément poussés sur le mixage, et ce l'ensemble des canaux. Pour peu, on aurait presque l'impression de faire partie du cockpit avec un extrême grave particulièrement oppressant. La scène d'éjection de la navette à 2h20 vaut également son petit pesant d'or...

Godzilla (2014) : attaque de l'aéroport

La bande-son du dernier Godzilla amène son lot de sensations fortes, et plus particulièrement la scène de l'aéroport ou le Muto provoque l'écrasement d'un hélicoptère et une explosion en série de 747, jusqu'au premier face-à-face avec Godzilla. Les bruits de pas massifs du monstre résonnent avec insistance dans toute la pièce, suivi d'un rugissement phénoménal... Sensations garanties.

Conclusion : notre verdict sur le XTZ 1X12

AVHD Award ReferenceS'il est un parfait complément aux kits d'enceintes XTZ Cinema, le caisson Cinema SUB 1X12 est sans aucun doute l'un des meilleurs caissons dans cette gamme de prix, et accessoirement l'un des plus élégants.

Une vraie bête de scène qui parvient à se hisser au niveau d'autres ténors du marché en Home-cinéma. Un poil moins profond qu'un PB-2000 de SVS qui tient la corde sous les 20 Hz, le caisson XTZ compense par d'autres atouts avec un grave très énergique, agile et parfaitement contrôlé grâce à la très bonne inertie du coffret et la qualité de l'amplification Claridy. Sans oublier une musicalité inhabituelle pour un caisson de ce type, tant le grave alterne à la fois les qualités d'un caisson clos et d'un caisson Bass reflex traditionnel. Une sorte d'hybride ? Dans l'idée, nous n'en sommes pas loin.

XTZ SUB 1X12

La note finale

Ce que l'on aime Ce que l'on regrette
  • Puissance et qualité de l'amplification Claridy
  • Une très belle profondeur de grave
  • Un grave énergique et très tendu
  • Une musicalité et un contrôle appréciable
  • L'apport des deux égaliseurs en fonction du type d'écoute
  • Une qualité de finition surprenante
  • Une connectique très complète
  • Un très bon rapport qualité/prix
  • Quelques dB supplémentaires sous les 20 Hz...mais on ne peut pas tout avoir
  • À ce niveau de prix, difficile de lui reprocher grand chose
Facebook Twitter