Zappiti Player 4K Mini

Publié par Pierre Dubarry, le
Catégorie : Lecteurs multimédia
Mots-clés : -
Moins actif ces dernières années, le marché des lecteurs multimédias compte bien s'offrir une seconde jeunesse avec l'Ultra HD 4K. C'est le cas du français Zappiti, qui en parallèle du Zappiti Player 4K, lançait au printemps dernier une déclinaison plus abordable : le Zappiti Player 4K Mini. L'architecture et les fonctionnalités restent identiques, à l'exception du rack HDD remplacé par un connecteur SATA.

Zappiti Player 4K Mini

En marge de ses dimensions très compactes et d'un design plutôt réussi avec un boîtier fanless qui arbore en façade un logo Zappiti rétroéclairé, le Zappiti Player 4K Mini prend pour base une puce Realtek RTD1195 qui réunit un CPU Dual-core ARM-Cortex A7 et un GPU Mali-400, épaulés par 1 Go de RAM et une mémoire interne de 5 Go. Le tout fonctionne sous Android 4.4 KitKat. En matière de traitement vidéo, Zappiti indique s'appuyer sur la technologie MagicPixel qui combine un algorithme d'upsampling des couleurs  8 bits vers 12 bits, un upscaling vidéo jusqu'en résolution 4K, et un filtre Sharpness pour accentuer la netteté d'image. Nous y reviendrons en détail dans les prochains chapitres.

La connectique du lecteur est des plus convenables, malheureusement aucun connecteur HDMI 2.0 ni de compatibilité HDCP 2.2, mais une simple entrée HDMI 1.4 bloquée au 4K/30 Hz. La carte mère Realtek propose également de base une entrée HDMI pour brancher d'autres appareils (box TV, , PC...), une sortie optique et AV, une sortie IR  3 ports USB, un lecteur de cartes SD/MMC, une prise Ethernet Gigabit et un connecteur SATA.


Enfin, le boîtier est fourni avec une belle palette d'accessoires : une télécommande IR et une Air Mouse 2.4G, un câble HDMI et AV, une rallonge infrarouge, un câble SATA, un adaptateur secteur et un guide de démarrage.

Réglages et menus du Zappiti Player 4K Mini :


Zappiti Player 4K Mini

L'interface du lecteur multimédia Zappiti est fractionnée en deux parties : d'un côté l'interface Media Center Zappiti, et de l'autre la section Android avec un accès aux applications du Google Play.

Au démarrage, l'interface principale est scindée en trois sections : Zappiti, Explorer et Google Play. Pour ceux qui souhaitent profiter rapidement de leur lecteur multimédia sans avoir à effectuer de quelconque paramétrage, la section Explorer permet d'accéder aux médias stockés sur un support de stockage externe (clé USB, disque dur externe ou SATA), ainsi qu'au réseau pour accéder à vos fichiers en uPnP et SMB.

Le principal intérêt du boîtier n'en reste pas moins l'interface Zappiti, qui reste aujourd'hui l'une des plus abouties du genre. Si le fabricant propose toujours d'éditer sa liste de médias depuis un PC voire un NAS par le biais de logiciel Zappiti Media Center v4, pour lequel il reste nécessaire de créer au préalable deux sous-dossiers intitulés Films et Séries TV sur votre HDD dans lesquels seront placés vos médias, la même opération pourra être réalisée directement depuis le lecteur. Afin que l'indexation des médias se passe sans encombre, il pourra être nécessaire de renommer certains fichiers. Les séries TV sont un cas plus particulier, prenons un exemple : pour l'épisode 4 de la saison 1 de Breaking Bad, le fichier doit porter l'intitulé Breaking Bad 04x1.formatdufichier pour que le scrapper puisse trouver les informations nécessaires.

Une fois le scan des films terminé, les associations de titres optimisées, on pourra passer en revue chaque film et choisir la jaquette et le fan art parmi un grand nombre de choix pour optimiser le design en fonction de nos goûts. Le soft récupère automatiquement les visuels et informations (synopsis, acteur, réalisateur, année de sortie...) en utilisant les bases de données IMDB et TheTVdB pour les films et séries. Tout est ensuite stocké sur la mémoire interne du lecteur, autrement dit la récupération des jaquettes en ligne n'est pas nécessaire à chaque lancement, et l'interface fonctionnera même sans connexion internet.

Zappiti Player 4K Mini

L'interface Zappiti propose d'accéder directement aux médias via les icônes Films et Séries TV, elle propose dans un même temps de lister les contenus ajoutés récemment, et d'effectuer une recherche par catégories ou lettre alphabétique. Diverses fonctionnalités complètent le tableau, parmi les plus utiles on retiendra la possibilité d'éditer les fiches, de télécharger des sous-titres et accéder aux bandes-annonces des films.

Visuellement le résultat est réussi, les habitués des lecteurs Dune HD avec Zappiti navigueront en terrains connus, tandis que les nouveaux découvriront une interface à l'ergonomie exemplaire et facile à prendre à main. Voici quelques photos de l'interface :

En complément de l'interface Zappiti, le boîtier propose une interface Android. Il sera ainsi possible de se connecter au Google Play pour télécharger des applications multimédias, VOD, Catch-up TV, etc. L'expérience est toutefois décevante du fait de l'intégration d'Android 4.4 KitKat, un OS conçu pour les smartphones et tablettes et non pour un affichage sur grand écran. Sur ce point, nous sommes à mille lieues de l'expérience Shield Android TV. Ainsi, si l'on retrouve avec plaisir certaines applications comme KODI, PLEX, Bubble uPnP ou Netflix, l'affichage reste limité dans l'ensemble des cas au 720p.

Zappiti Player 4K Mini

Zappiti Player 4K Mini

Zappiti Player 4K Mini

Zappiti Player 4K Mini

Qualité du traitement vidéo du Zappiti Player 4K Mini :


Zappiti Player 4K Mini

Le SoC Realtek RTD1195 offre une belle qualité de décodage, la maîtrise de la puce par Zappiti crève l'écran. Le Zappiti Player 4K Mini offre des résultats très intéressants, en lecture vidéo l'apport du MagicPixel est indéniable, quel que soit le type de vidéo, à commencer par la très belle qualité du mécanisme de mise à l'échelle.

Si elle n'a tout naturellement rien de comparable aux scalers que l'on trouve aujourd'hui sur les platines Darbee, ou les processeurs vidéo Lumagen, la mise à l'échelle des vidéos en 1080p et Ultra HD 2160p s'avère agréablement performante, c'est un peu moins les cas sur les vidéos SD sur lesquelles aucun miracle n'est à attendre. Le désentrelacement est un autre bon point, on note très peu de jaggies sur les obliques des mires 1080i du disque HVQ Benchmark 2.0.
 
Zappiti Player 4K Mini

Le résultat est d'autant plus appréciable que le boîtier propose un traitement vidéo d'excellente qualité, car même si l'on regrettera encore une fois l'absence de post-traitement manuel avec l'accès quelques filtres Sharpness et DNR, son absence n'est pas forcément rédhibitoire au regard du résultat, avec une image qui s'avère d'une précision redoutable. L'explication vient du fait que Zappiti s'appuie dans le cas présent sur un algorithme de Sharpness automatisé qui scanne plusieurs zones de l'image, puis augmente très légèrement la luminance pour donner cette impression de netteté. L'avantage, outre le gain indéniable en précision, est que l'algorithme travaille de manière suffisamment fine pour éviter l'apparition de doubles contours.

Autre point intéressant, Zappiti intègre un algorithme d'upsampling des couleurs 8 bits vers 12 bits en chroma 4:4:4, une sorte de Super Bit Mapping qui apporte davantage de précision sur les dégradés de couleurs et un léger surplus de dynamique, en particulier si votre téléviseur est équipé d'une dalle 10 bits et/ou compatible 12 bits. L'apport du mécanisme est intéressant, tout particulièrement sur les ISO et les encodages de qualité.

Zappiti Player 4K Mini

Prise en charge multimédia :

Tous nos fichiers vidéos ont été lus sans problème, des MKV au M2TS, en passant par les ISO Blu-ray et Blu-ray 3D, ISO DVD, AVI, MOV, et WMV. La gestion des MKV 720p et 1080p est parfaite avec prise en charge des pistes audio True HD et -HD en bitstream, ainsi que la possibilité de changer de piste audio, chapitres et sous-titres à la volée. Les ISO Blu-ray sont également lus avec les menus JAVA. La lecture des ISO Blu-ray est parfaitement fluide, c'est également le cas sur les ISO depuis la dernière mise à jour. Pour les sous-titres, il est possible d'ajuster la taille, la position et couleur, en revanche ils ne sont pas gérés sur les vidéos 3D. Dommage.

Zappiti Player 4K Mini

Fer de lance du lecteur Zappiti, la lectures des vidéos 4K est en revanche plus aléatoire en termes de qualité. Le boîtier assure parfaitement la prise en charge des samples Ultra HD (3840 x 2160 pixels) et 4K (4096 x 2160 pixels) encodés en HEVC, néanmoins en l'absence de connectique HDMI 2.0 l'affichage est limité à 30 im/s. En considérant l'absence de sources à l'heure actuelle, excepté quelques samples disponibles à droite et à gauche, le problème n'est pas handicapant d'autant plus que les Ultra HD Blu-ray conserveront une cadence de 24 im/s.

On pourra néanmoins regretter l'absence de décodeur VP9 et de compatibilité HDR, mais plus encore l'absence de prise en charge des encodages 10 bits ce qui risque d'être un vrai problème en considérant que les Ultra HD Blu-ray seront encodés en 4:2:0 sous 10 bits. Espérons donc que le fabricant puisse trouver une solution pour contourner cette limitation. Le résultat est convenable, mais la flexibilité reste incontestablement à l'avantage du Shield Android TV en lecture UHD 4K s'il fallait faire une comparaison. De ce côte-là, nous attendrons patiemment la prochaine génération de SoC Sigma Design et Realtek qui sera compatible HDMI 2.0/HDCP 2.2, HDR10, Dolby Vision, etc.

Zappiti Player 4K Mini

Voici un résumé des points importants de cette prise en charge vidéo :
  • Excellente prise en charge multimédia : MKV, M2TS, ISO Blu-ray ou DVD, AVI, MP4, MOV, DivX, WMV, sont parfaitement lus.
  • Tous nos MKV MPEG-2, H264, VC-1, MVC ont été lus sans exception.
  • Les chapitres des MKV et M2TS sont pris en charge, ainsi que les multipistes audio et sous-titres.
  • Les ISO-Blu-ray 2D/3D et DVD sont lus. Seuls les menus des DVD sont pris en charge.
  • Le bitstream du DTS-HD et Dolby TrueHD est fonctionnel avec les MKV, M2TS, ISO Blu-ray 2D/3D.
  • Absence de bitstream 5.1 sur la sortie S/PDIF, le flux audio multicanal est automatiquement downmixé en stéréo.
  • L'autoframerate 24p (23.976 im/s) est parfaitement fonctionnel, le lecteur propose même un mode 24p pour les DVD
  • Les MKV 1080p, Ultra HD et 4K (8 bits) encodés en HEVC sont parfaitement lus depuis un disque dur USB ou SATA.
  • Ralentissements importants sur les vidéos UHD 4K en H.264 et aucune prise en charge du codec VP9.
  • Pour la lecture des vidéos UHD 4K en réseau préférez le protocole Samba (SMB), les saccades sont beaucoup trop importantes en uPnP (DLNA).
  • Possibilité de downmixer les pistes audio 5.1 en stéréo.
  • Tous les sous-titres externes sont pris en charge : .pgs, .srt, .ssa, .ass, .smi, .idx/sub, .sub, et les sous-titres des ISO BR et DVD. Ils ne sont en revanche pas gérés sur les ISO BR 3D.
  • La taille, couleur et position des sous-titres peuvent être modifiées.
  • Un problème d'EDID abaisse parfois automatiquement la résolution au 576p, dans ce cas-là il faudra forcer l'affichage en 1080p ou 2160p dans le menu Réglages > Affichage. Espérons que le problème soit bientôt corrigé...
  • En plus des touches avance/retour rapide, les touches 1 à 9 de la télécommande proposent l'accès direct à 10% et 90% du fichier vidéo en cours de lecture (Goto), les touches gauche et droite du pad permettent de déplacer le curseur minute par minute.
  • Une fonction NAS est promise par le fabricant dans les prochaines semaines.

Pour la partie audio, le résultat est un peu plus décevant, Zappiti ayant préféré s'appuyer sur les applications Android. Si l'on profite d'une large compatibilité avec la lecture des formats MP3, AAC, WMA, FLAC, ALAC, WAV et AIFF jusqu'en 192 kHz/24 bits, ou l'accès à un large éventail de services de musiques en streaming, nous aurions largement apprécié de pouvoir accéder à ces fichiers directement depuis l'interface Zappiti Media Center, sans avoir à s'éparpiller à droite et à gauche.

Notre verdict sur le Zappiti Player 4K Mini :


Malgré des débuts difficiles entre le Player 4K puis le Player 4K Mini, Zappiti parvient enfin à redresser la barre. Beaucoup plus stable que la version initialement lancée au printemps 2015, le Zappiti Player 4K Mini se démarque principalement par un décodage et une qualité de traitement vidéo à la hauteur des attentes du public Home-cinéphile, une large compatibilité multimédia avec notamment la prise en charge des ISO BD 2D/3D, sans oublier l'incontournable interface Zappiti pour organiser ses films et séries TV, même si elle demandera un petit temps d'adaptation pour les non-initiés.


Zappiti Player 4K Mini

Le seul problème du boîtier Zappiti est qu'il symbolise une génération de lecteurs multimédias compatibles 4K, mais en partie seulement. Si vous comptez l'utiliser principalement pour lire des vidéos 1080p et que la 4K vous importe peu pour le moment, le Player 4K Mini est un choix à considérer. C'est la raison pour laquelle nous lui décernons ses 4 étoiles. À l'opposé, si vous attendiez des performances maximales en 4K, dans ce cas-là mieux vaut attendre sagement la prochaine génération de lecteurs basée sur les nouvelles puces Sigma Design et Realtek.

La note finale

Ce que l'on aime Ce que l'on regrette
  • Qualité du décodage et traitement vidéo
  • Upscaling 1080p et UHD efficace
  • Le mode 24p auto fonctionnel
  • Belle prise en charge multimédia, et notamment le support des ISO BD 2D/3D et DVD
  • Le support du bitstream audio HD
  • Interface Zappiti très complète
  • Le système de jaquettes Zappiti
  • La connectique assez complète et les accessoires fournis
  • Le support réseau UPnP, SMB et la compatibilité Bluetooth et Miracast
  • Quelques petites instabilités et bugs subsistent encore
  • Toujours pas de gestion de la musique et des pochettes d'albums depuis Zappiti
  • Pas de prise en charge des vidéos HDR et 10 bits
  • Toujours pas de fonction NAS
  • Pas de connectique HDMI 2.0 ni de gestion du HDCP 2.2
  • Interface Android totalement inadaptée

Facebook Twitter