Pioneer BDP-LX55

Pioneer BDP-LX55
tests
Avant d'aborder les qualités internes de ce lecteur, regardons un peu l'ergonomie, les fonctions, et les possibilités proposées au travers d'une interface plutôt simple et (trop) sobre, mais assez complète en réglages, bien que quelques absences soient regrétables. On retrouve une interface similaire aux amplis Pïoneer, pas beacoup de graphismes en couleurs, mais une structure simplifiée et assez facile à utiliser.



Le Pioneer BDP-LX55 propose un menu principal très simple, avec 3 accès possibles. Home Media Gallery permet d'accéder à tous contenus multimédia via USB ou UPnP en WiFi ou via Ethernet (photos, vidéos ou musiques, et même aux structures "AVCHD" pour le vidéos issues de camescopes qui servira aussi d'accès aux répertoires Blu-ray en lançant le film directement sans naviguer dans le répertoire Blu-ray). "Contenu Web" permet d'accèder aux services internet, et comme pour l'OPPO, il n'y a pas foule, seuls Youtube Leanback (avec la gestion des vidéos Youtube 1080p) et Picasa sont proposés. "Config. Initiale" est donc le menu le plus important, puisque c'est ici que l'on configure le lecteur. Regardons de plus près les réglages proposés ...

Sortie Vidéo

Dans cet onglet, on poura gérer l'affichage 16:9 et 4:3, très classique, mais aussi paramétrer les fameux filtres vidéos gérés par le processeur Marvell. Soit on décide d'opter pour des profils préconfigurés (ce que je déconseille) avec des profils "Plasma", "LCD", "Projecteur" ou "Professionnel", soit on poura ajuster individuellement chaque filtre avec la possibilité de gérer le contraste intra-image avec le niveau de noir et de blanc, la teinte, la saturation (pas de réglages type ISF (gamma, RVB, etc), améliorer les détails de l'image (sharpness), réduire le bruit vidéo (par couleur secondaire et avec un filtre de réduction d'artefacts de compressions MPEG). Egalement présent, deux filtres "Prog.Motion" & "Pure Cinema", l'un pour gérer le lissage, l'autre pour gérer le balayage progressif.



On trouve aussi un filtre Stream Smoother qui permet de lisser les vidéos internet comme celle de Youtube ( en lecture e streaming donc) en gommant (de façon trop poussée) les artefacts. Cependant, cette fonction ne devra être utilisée que si la vidéos souffre d'une trop forte compression, de gros blocs de pixels ou de dégradation prononcée, car il lisse et floute l'image considérablement pour corriger les artefacts et détruit tout piqué de l'image.

Sortie Audio

Un menu qui concerne surtout la sortie SPDIF, la limitation de l'échantillonnage si par exemple l'ampli ne gère pas le 192 khz, ou si vous connectez le lecteur diretement à une TV qui ne gère pas le downsamplig 192, 96 khz en 48 khz. On poura également gérer la compression dynamique, le downmixe stéréo des flux 5.1.

Sortie HDMI

Sûrement le menu le plus important et le plus complet sauf qu'on note une absence très regrettable de sortie "Directe", c'est-à-dire une vidéo dans sa définition native et sans filtre postprocessing (surtout intéressant pour utiliser un scaler externe ou le traitement vidéo d'au ampli). D'autant plus regrettable que nous le verrons plus loin, l'upscaling de ce lecteur est loin d'être son point fort. Une menu assez intéressant puisque outre la possibilité de sortir le flux audio en bitstream, ou décodage LPCM, ce menu permet de gérer les deux sorties HDMI de façon plus intéressante que l'OPPO. En effet, il sera possible de ne sortir que l'audio via HDMI 2 avec la possibilité de choisir le mode Pure Direct pour désactiver tous les filtres et circuit internes autre que l'audio pour optimiser le transfert numérique, laisser une bande passante plus large à l'audio,  et proposer une meilleure musicalité et moins de jitter.



A part ça, tout y est ou presque, avec la gestion du xvColor, des espaces couleurs YCbCr 4:4:4 (12 bits) et 4:2:2 (8bits), le Full-RGB (0-255) ou RGB-Limited (16-235). La gestion d ela résolution en sortie permet d'adapter à celle du diffuseur, appliquer une définition 1080p en sortie (qui permet aussi d'upscaler les vidéos SD et DVD), voire de sortir en 1080i pour utiliser un désentrelaceur plus performant en sortie.

Contrôle du contrôle CEC pour piloter les appareils depuis une seule téécommande, ou gérer l'allumage et extinction simultannée des appreils en fonctions des entres HDMI de l'ampli ou de la TV. On peut opter pour une profondeur de couleur 36 bit ou 30 bit avec la gestion du Deep color, opter pour forcer le mode de sortie 1080/24p (avec en prime une fonction autoframerate pour basuler d'un affichage 60Hz à 24p automatique, et dans la cadence native de la vidéo, qui marche parfaitement avec le 1080/24p activé).

Réseau

 Menu classique, mais tout y est avec une configuration du réseau manuel ou automatique, la possibilité de tester la connexion, d'activer le BD-Live, le DLNA, etc. Par contre, ce lecteur n'offre qu'une gestion du protocole réseau UPnP et pas de NFS ni de Samba, bien plus performant que l'UPnP en terme de débit et donc de fluidité sur la lecture des vidéos à gros débit comme le répertoire Blu-ray non recompressés, ou les ISO Blu-ray (qui ne sont de toute façon pas gérées, ou la lecture des FLAC 5.1 à 192 khz. 

Le reste des menus en vrac...

Pour le reste, ça reste secondaire, mais tout de même intéressant avec la possibilité de lancer un assistant de configuration simplifié (pas très utile), de forcer la lecture des Blu-ray et DVD en français ou autres langues, l'affichage ou non des sous-titres, la langue du menu disque. On pourra également mettre des mots de passe pour brider l'accès, ou activer un contrôle parental. Puis nous trouvons des options comme la gestion de la fonction PIP, de la lecture des DVD-Audio (partie vidéo ou audiophile), de la possibilité d'activer les mises à jour automatiques, ou les rechercher manuellement via internet ou USB, et autres options que nous ne détaillerons pas ici ..

 

OK3
Publié le 09 janvier 2012
       
Pierre Dubarry
Journaliste spécialisé

Réagissez !
 Les notifications de nouveaux commentaires sont uniquement accessibles en mode connecté.

nos articles populaires
Focal Sib & Cub 5.1
Le 04/04/2011 09:35
Focal Dôme 5.1
Le 03/10/2012 12:30
Panasonic EZ950 (TX-55EZ950E)
Une qualité d'image sans concession
Le 29/06/2017 12:30
Panasonic EX780 (TX-58EX780E)
Une qualité d'image 4K HDR rehaussée, un input lag amélioré et un contraste toujours au top
Le 02/06/2017 11:52
Sony XE90 (KD-65XE90)
Un très bon TV Full LED 4K HDR pour cinéphiles et gamers
Le 15/03/2017 16:23
Oppo UDP-203EU
Le nouveau lecteur Ultra HD Blu-ray de référence ?
Le 24/01/2017 15:41
Samsung KS8000 (UE55KS8000)
Test complet du TV LED 4K Ultra HD Premium
Le 20/07/2016 16:50
Comparatif de barres son
12 modèles au banc d'essai
Le 26/04/2017 15:20
Celexon Motorisé Home Cinema
Le 16/05/2014 10:58
Samsung KS7000 (UE55KS7000)
Un TV Ultra HD Premium aux prestations sérieuses
Le 18/05/2016 14:48
Samsung Q7F (QE55Q7F)
Un TV Ultra HD 4K HDR dans la lignée du KS8000
Le 07/04/2017 17:20
nos derniers articles
Panasonic EZ1000 (TX-65EZ1000E)
L'excellence à tout prix ?
Le 28/07/2017 14:10
Optoma UHD60
Verdict sur le premier vidéoprojecteur DLP 4K HDR "accessible"
Le 19/07/2017 13:37
Panasonic EZ950 (TX-55EZ950E)
Une qualité d'image sans concession
Le 29/06/2017 12:30
Hisense N6800 (H65N6800)
Quand TV 4K HDR à petit budget rime aussi avec qualité
Le 15/06/2017 15:50
Panasonic EX780 (TX-58EX780E)
Une qualité d'image 4K HDR rehaussée, un input lag amélioré et un contraste toujours au top
Le 02/06/2017 11:52
Optoma GT1080 Darbee
La nouvelle référence des projecteurs gaming à l'input lag record !
Le 19/05/2017 11:55
Samsung MU7005 (UE55MU7005)
Un solide rapport qualité/prix
Le 17/05/2017 11:55
Sony A1 (KD-65A1)
L'art du spectacle et de la séduction
Le 12/05/2017 14:00
Comparatif de barres son
12 modèles au banc d'essai
Le 26/04/2017 15:20
Panasonic EX600 (TX-55EX600E)
Un bon TV 4K HDR pour les petits budgets ?
Le 12/04/2017 14:25
Samsung Q7F (QE55Q7F)
Un TV Ultra HD 4K HDR dans la lignée du KS8000
Le 07/04/2017 17:20
Sony XE93 (KD-55XE9305)
Un TV LED 4K HDR aux allures de grand cru
Le 04/04/2017 19:50
nos derniers commentaires