Saw 3D

Saw 3D
tests-blu-ray

Alors que la bataille fait rage autour de l’héritage terrifiant du Tueur au puzzle, un groupe de survivants s’associe et fait appel à un autre rescapé, Bobby Dagen, une sorte de gourou.
En croyant trouver de l’aide, ils vont vivre le pire. Bobby cache d’effroyables secrets. Une vague de terreur sans précédent va surgir…






Comme chaque année maintenant depuis 2004, Jigsaw est de retour pour un septième volet qui apporte cette fois-ci comme nouveauté…la 3D, mais surtout la clôture de la franchise Saw. Série de films d’horreur ayant « déjà » connu ses heures de gloires avec les trois premiers volets de la série, on ne peut pas dire que le nom de la franchise retentisse de la même manière en 2011.



La faute à un enchaînement de films définitivement axés sur la réutilisation à outrance de la franchise qui, s’il arrivait sans cesse à surprendre le spectateur lors des premiers volets, n’affiche décidément plus la même efficacité 7 ans après…Et ce n’est pas l’ultime volet de la saga qui nous fera malheureusement dire le contraire, clôturer une série de sept films en 1h30 reste définitivement trop court, le film ne se contentant au final que d’enchaîner scène sur scène, en affichant l’objectif de faire monter le cota de victimes « clés » de la franchise. Le côté positif qu’on trouvera tout de même au film, est dans son utilisation de la 3D relief qui se montre d’une qualité supérieure à bien d’autres productions actuelles, surtout parce qu’elle apporte un capital « fun » qu’on ne boudera pas.

Que retenir au final de Saw 3D : le Chapitre final outre la 3D ? On retiendra simplement le retour aux sources de la série en fin de film, sur le premier lieu de torture à l’origine de la naissance du Jigsaw…qui nous rappelle la bonne époque ou James Wan était encore aux rennes d’une série à laquelle il a donné naissance, et qui aurait peut-être dû se terminer avec lui…temps ou Saw (que nous vous invitons à découvrir si ce n’est pas déjà fait) offrait un huit-clos insoutenable pour le spectateur, et qui restera sans doute l’image que l’on préfèrera garder de cette saga.

Publié le 09 mars 2011
       
Pierre Dubarry
Journaliste spécialisé