Guide d'achat DAC

Publié par La rédaction, le
Mots-clés : - -
Élément devenu indispensable dans toute installation Hi-Fi qui se respecte, notamment pour la lecture de musique depuis un PC ou Mac afin de bypasser un chipset audio interne de l'ordinateur, généralement de mauvaise qualité, le DAC voit néanmoins son champ d'applications s'élargir depuis quelques années. On retrouve ainsi de plus en plus le public Home-cinéphiles s'intéresser à ce type de solution, dans l'optique bénéficier d'une meilleure musicalité sans forcément investir dans l'immédiat dans un intégré stéréo, mais également un public plus nomade, audiophile ou non, qui souhaite profiter d'une qualité d'écoute optimale depuis leur smartphone ou tablette.

Guide d'achat DAC 2015 :

Néanmoins, avec la multiplication des références il est parfois difficile d'y voir clair, voici donc quelques points à prendre en compte au moment de l'achat d'un DAC/Ampli :
la connectique analogique et numérique : une sortie ligne et des entrées USB-B et SPDIF est le minimum vital pour pouvoir raccorder un ordinateur, un téléviseur, un , un ou un lecteur CD par exemple. Pour les DAC milieu et haut de gamme (800 euros et plus), on demandera en supplément une entrée AES/ABU et une sortie XLR. Les connectiques symétriques présentent l'avantage d'offrir une dynamique plus confortables.
la compatibilité DSD : à quelques exceptions près, les DAC récents sont pour la plupart tous compatibles DSD. Le DSD est le format utilisé par les disques S.A.CD. Un grand nombre de modèles sont compatibles DSD en DoP, autrement dit le flux DSD est convertit en signal PCM. Encore aujourd'hui, rares sont les DAC capable de décoder le DSD nativement.
la présence d'une double horloge : une étape obligatoire pour les DAC milieu et haut de gamme pour profiter d'un traitement audio optimal sur les multiples de 44.1 kHz (88.2 et 176.4 kHz) et 48 kHz (96 et 192 kHz).
la puissance de l'amplification casque : sur les DAC à moins de 500 euros, l'amplification casque est plus une fonction qu'autre chose. Alimenter un casque d'une impédance de 32, 64 voire 100 ohms pour certains est à leur portée, mais au-delà mieux vaudra considérer une amplification casque capable d'offrir quelques centaines de mW.
une fonction préamplificateur : les DAC équipés d'un contrôle du volume variable permettent d'utiliser l'appareil comme un préamplificateur en liaison avec un ampli ou un bloc de puissance stéréo.
les associations : comme les amplis, le choix d'un DAC devra se faire en fonction de ses propres goûts, tout en restant cohérent avec vos . Vous ressentez un peu trop de clarté sur le haut du spectre dans votre configuration actuelle ? Il faudra alors vous diriger vers un DAC capable d'adoucir l'aigu. Vous souhaitez au contraire obtenir un rendu le plus proche possible de la source, mais avec un niveau de détail plus poussé ? Un DAC plus transparent fera parfaitement l'affaire.

iFi nano iDSD : un petit appareil surprenant

iFi nano IDSD

Dans la jungle des DAC à moins de 200 euros, le constructeur britannique AMR tire brillamment son épingle du jeu avec le iFi nano Idsd. Derrière ses dimensions compactes et un design flatteur, sur le terrain des performances ce petit DAC ampli casque cache étonnement bien son jeu. Idéal pour une utilisation nomade, pour la lecture de musique depuis un ordinateur portable ou un smartphone/tablette, le nano iDSD ne manque pas de répartie.

Il délivre une image sonore claire, spacieuse et d'une douceur qui chatouille les oreilles. Une très légère pointe de brillance sur le haut du spectre est décelable, une composante de la signature iFi, il n'en reste pas moins que la tendance générale est à l'équilibre, sa musicalité et son caractère vivant indéniables. Si l'on rajoute à cela une amplification généreuse, parfaitement maîtrisée de bout en bout, les écoutes au casque s'avère convaincantes. Dans la majeure partie des cas d'ailleurs, il possède la puissance nécessaire pour alimenter un grand nombre de casques, à condition de rester bien entendu cohérent au niveau des associations.

Néanmoins, lorsqu'il est raccordé à de petits installations, le nano peut très clairement faire son effet dans le cadre d'une utilisation plus sédentaire, en complément d'un ampli A/V par exemple. À ce titre, la flexibilité est là aussi au rendez-vous avec l'intégration d'une sortie coaxiale et analogique RCA. Si l'on rajoute par-dessus la polyvalence dont il fait preuve, notamment grâce à sa compatibilité DSD et DXD (en DoP), et un packaging extrêmement complet, le iFi nano IDSD ne manque pas d'arguments.
Tous les prix !
MarchandPrixPortLivraison 
Amazon499,00 €gratuit €En stock
Boulanger509,00 €gratuit €En stock
HomeCineSolutions479,00 €gratuit €En rupture de stock
Amazon Marketplace499,00 €gratuit €En stock
Webdistrib484,00 €gratuit €En stock
 


HA-2 : le petit frère surdoué

Oppo HA-2

Le pari de proposer un DAC/Ampli casque nomade sur un marché déjà saturé semblait périlleux, même lorsque l'on s'appelle Oppo. Pourtant, le résultat est bel et bien là, à bien des égards le HA-2 est l'un des DAC les plus brillants de sa génération. Outre un facteur de forme particulièrement pratique pour voyager, et une esthétique soignée, l'Oppo HA-2 parvient à convaincre grâce à une très belle musicalité, notamment un registre médium bien charpenté donnant beaucoup de corps aux vocales et des aigus joliment cisaillés, et une amplification casque sérieuse. Un peu plus de puissance n'aurait toutefois pas été de trop, mieux vaudra oublier les casques à trop forte impédance avec ses 2 x 30 mW sous 300 ohms.

Il propose également quelques petits fonctionnalités intéressantes, comme la possiblité d'utiliser le DAC pour recharger un mobile, et l'intégration de la technologie VOOC qui permet de recharger l'appareil à 70% de sa capacité en seulement 30 minutes. Les références de DAC mobiles se multiplient, néanmoins dans cette gamme de prix, l'Oppo HA-2 est clairement l'une des plus belles réussites du moment.

U-05 : une totale réussite

Pioneer U-05

Le Pioneer U-05 est assurément l'un des meilleurs DAC passés entre nos mains, si ce n'est le meilleur à moins de 1000 euros, jusqu'à se payer le luxe d'aller titiller certaines références plus haut de gamme. La signature japonaise est reconnaissable entre mille, à l'instar de ce que l'on peut notamment retrouver chez un , avec un caractère droit et transparent au service d'une musicalité de tout premier ordre.

En faisant exception des mécanismes de processing audio, en particulier le mode Hi-Bit32 et la fonction d'upsampling qui ont tendance à donner un côté un peu trop flatteur à notre goût, tout comme le filtre à pente douce Slow (une question de goûts), Pioneer reste fidèle à sa conception de la musique : aucun enrobage, et une signature Haute-Fidélité avec un rendu le plus proche possible de la source d'origine, telle qu'elle a été conçue. L'équilibre tonal est superbe, un aigu clair et très détaillé, un médium dense avec beaucoup de matière, et un grave profond et percutant.

La section ampli casque n'est pas en reste, néanmoins pour les utilisateurs de casques énergivores, mieux vaudra opter pour les sorties symétriques (XLR) afin de bénéficier d'un regain de puissance non négligeable.

Pour plus d'informations, lire notre test du Pioneer U-05.

Fostex HP-A8C : une légende

Malgré une médiatisation assurément pas à la hauteur du niveau des prestations délivrées, malgré un lancement qui remonte maintenant à 2012, le -A8C reste encore et toujours l'un des DAC les plus doués et les mieux conçus de sa génération.

Un DAC devenu encore bien plus intéressant depuis son récent repositionnement tarifaire (1000 euros). Le HP-A8C fait partie de cette rare catégorie d'électroniques capables de donner une nouvelles jeunesse à ses enregistrements, l'image sonore est particulièrement dense et déborde de vitalité, mais sa grande force c'est cette capacité à offrir une image stéréo en trois dimensions. Plus qu'un simple spectateur confortablement installé au premier rang, la spatialisation du HAP-A8C lui permet de projeter l'auditeur sur la scène, il faut l'entendre pour le croire. Le Fostex à vraiment un petit quelque chose de magique en lui. On vous conseillera d'ailleurs d'opter davantage pour les entrées SPDIF que l'entrée USB. Cette dernière est compatible DSD (DoP), néanmoins la profondeur d'écoute restent à l'avantage de l'entrée optique et coaxiale.

Il offre également une belle connectique, même si l'on pourra déplorer l'absence de sorties symétriques, c'est l'un des seuls appareils aujourd'hui à offrir à la fois des entrées/sorties SPDIF et une entrée audio analogique RCA. Le lecteur de cartes SD ajoute également une petite corde à son arc pour utiliser l'appareil comme un lecteur audio autonome.

Oppo HA-1 : un tour de force qui impose le respect

Oppo HA-1 & Oppo PM-1

Pas à son premier coup d'essai après l'intégration d'une fonction DAC dans les Oppo BDP-105EU/105D, voir Oppo envahir le marché des DAC était tout sauf une surprise. Le résultat ? Magistral.

L'Oppo HA-1 déivre une musicalité de premier ordre, avec une image sonore ample, détaillée et parfaitement équilibrée sur l'ensemble du spectre.  Un médium très charnu et une clarté cristalline sur le haut du spectre, un sens de la dynamique impressionnant et une très belle  extension dans le grave, en termes de rendu l'Oppo séduit dès les premières notes. Si l'on rajoute à cela une amplification casque Classe A « monstrueuse » capable d'alimenter sans peine les casques très gourmands, sans oublier quelques fonctionnalités parmi lesquelles nous citerons un port USB-A en façade pour raccordé un iDevice ou une clé USB, une compatibilité Bluetooth apt-X et un afficheur LCD en façade du plus bel effet, le DAC Oppo est clairement une solution relativement unique en son genre.

Une référence tout simplement.

AVHD Award Reference
Facebook Twitter