Guide d'achat TV

Publié par La rédaction, le
Mots-clés : - - - - - -
La est une évolution du en matière de rétroéclairage, substituant les néons (sources lumineuses sur les écrans LCD classiques) par des centaines de diodes (d'où le terme L.E.D pour Light Emitting Diode). Concrètement, ce procédé de rétroéclairage permet aux téléviseurs LED d'être plus fins, plus économes en énergie et procure une image de meilleure qualité (contraste natif, colorimétrie, fluidité...).

Quelle TV LED choisir ?

Il existe aujourd'hui plusieurs types d'écrans LED :
  • Les téléviseurs à technologie intitulée LED, Full LED ou Direct LED selon les constructeurs avec des diodes sur l'ensemble de la dalle.
  • Les téléviseurs Edge LED dont les diodes sont positionnées sur le pourtour de la dalle. Ils sont souvent encore plus fins, mais perfectibles en terme d'homogénéité lumineuse de la dalle.
  • Le procédé Local Dimming pour sa part, réservé aux TV haut de gamme voire certains modèles milieu de gamme, permet une accentuation localisée du contraste sur plusieurs zones, pour bénéficier de noirs plus profonds sur une partie de la dalle, et de blancs plus lumineux sur une autre. Au plus le nombre de zones et important, au plus la profondeur de noir sera accentuée. Il peut être appliqué aux panneaux Full LED, mais aussi sur certains téléviseurs Edge LED.
Voilà pour le constat purement technique. Les autres critères à prendre en considération pour savoir quelle TV LED choisir sont plus faciles à appréhender :
  • la taille de l'écran (32, 40, 46, 50, 55, 60, 65") en fonction de la distance qui sépare l'écran du canapé et de la définition des contenus majoritairement diffusés (SD, 720p, 1080p, 2160p...)
  • la technologie de rétroéclairage : les procédés Edge Led Local Dimming et Full LED Local Dimming offrent un meilleur contraste natif
  • le type de 3D : la technologie 3D Active équipent exclusivement les téléviseurs à dalle VA, tandis que la 3D Passive est présente au sein des téléviseurs à dalle IPS, et présente l'avantage d'être moins fatiguante pour l'oeil et plus lumineuse. Le prix des lunettes est également inférieur. Les téléviseurs à 3D Active offre cependant une image plus contrastée.
  • le tuner de la TV (DVB-T/T2 pour la TNT, DVB-C pour le câble, DVB-S/S2 pour le satellite) et le label Canal Ready qui permet de s'abstenir d'un décodeur Canal+/CanalSat externe
  • le nombre d'entrées HDMI pour brancher un maximum d'appareils sources (décodeurs TV, ou , de jeu...)
  • la compatibilité HDMI 2.0 et HDCP 2.2 (TV UHD 4K uniquement) pour la compatibilité avec les services de VOD 4K et les lecteurs Ultra HD Blu-ray
  • la présence d'un mécanisme de compensation de mouvements qui améliore sensiblement la fluidité des images
  • le traitement vidéo (mise à l'échelle, désentrelacement, accentuation de la netteté, réduction du bruit...) pour améliorer la qualité de l'image
  • la présence de décodeurs HEVC et VP9 pour la lecture des vidéos compatibles et des futures chaînes TV TNT UHD
  • la lecture multimédia via USB pour lire des fichiers vidéo, photo ou des musiques à partir de disques durs externes ou clés USB
  • la compatibilité DLNA pour la lecture de fichiers multimédias diffusés par d'autres appareils du réseau domestique (ordinateur, téléphone, NAS, serveur, smartphone...) en WiFi ou Ethernet.
  • les services web permettent au téléviseur d'accéder à une offre d'applications comme les services de Vidéo à la demande (VoD), de rattrapage télé (Catchup TV), les plateformes de vidéos en ligne, les jeux, etc.
  • les lunettes 3D peuvent être offertes avec le téléviseur, ou vendues séparément.
Allez plus loin avec nos guides sur les téléviseurs LCD à LED et 4K :

48JU6300 : un téléviseur Full HD 3D incurvé performant

Samsung UE48J6300

Le téléviseur Samsung 48JU6300 s'inscrit dans la droite lignée du H6200 de 2014, néanmoins il affiche un contraste supérieur à son aîné. Les mesures enregistrées sont là pour l'attester, le JU6300 affiche un contraste de 3567:1 à 120 cd/m², avec un niveau des noirs à 0,03 cd/m². La qualité d'image est strictement identique entre la série précédente et la nouvelle, autant dire très bonne pour un téléviseur Direct LED entrée de gamme et facilement calibrable, en 3D on note toutefois un léger dédoublement d'image (ghosting). L'input lag est quant à lui correct à 44,5 ms en mode PC, soit un peu plus de 2 images de retard par seconde, ce qui reste plutôt correct. Pour ceux qui souhaitent encore économiser quelques deniers, ou si le design incurvé vous insupporte, on vous conseillera de jeter un coup d'oeil auparavant au H6200, encore disponible en stock chez certains revendeurs.

Côté multimédia, aucun changement le téléviseur gère une très large majorité de formats audio et vidéo en USB et uPnP pour les fichiers stockés sur PC, NAS, smartphone ou tablette. Le Smart Hub est également un avantage en considérant l'offre d'applications, l'une des plus importantes du circuit (Netflix, beIN Sport, Pluzz, etc.), sans oublier les nombreuses fonctionnalités comme le PVR et Timeshift, le mirroring (Miracast), etc.

Dans la même gamme de prix, le TX-50CS520E est également un téléviseur à considérer si la 3D et/ou le design incurvé sont d'être une priorité à vos yeux.
Tous les prix !
MarchandPrixPortLivraison 
Amazon Marketplace778,99 €gratuit €4/7 jours
Villatech669,99 €gratuit €En stock
GrosBill.com659,00 €20,00 €En stock
Fnac Marketplace717,78 €gratuit €En stock
Electrodepot698,94 €gratuit €Non communiqué
 

KD-55X8505C : un TV Ultra HD au rapport qualité/prix étonnant


Sony KD-55X8505C

Dans la catégorie des téléviseurs à moins de 2000 euros, notre choix s'est porté sur le TV LED Ultra HD Sony KD-55X8505C, qui constitue l'une des bonnes surprises de l'année. Le téléviseur délivre une des plus belles images dans cette catégorie grâce au naturel et à la précision du traitement vidéo Sony, une belle colorimétrie et saturation des couleurs, et la fluidité apportée par le mécanisme Motionflow (mais encore perfectible). Les quelques modifications apportées aux menus sont également très appréciables, en particulier un réglage des blancs sur 10 points. En l'absence de Local Dimming, uniquement présent sur les modèles haut de gamme, le Dynamic Frame Dimming offre également de bons résultats. Le 55X85C se démarque également par un niveau du contraste qui culmine à 4200:1 une fois calibré, avec une luminosité à 120 cd/m² et un noir à 0,02 cd/m². L'input lag pour une utilisation jeux vidéo est également très bonne en comparaison de l'an dernier, avec un retard à l'affichage de 35,2 ms.

Le X85C comme l'ensemble de la gamme UHD Sony accueille également cette année Android TV. Si l'ensemble demande encore certains ajustements, quelques bugs et lenteurs étant notables, l'interface présente bien des avantages en comparaison de celle proposée autrefois par le fabricant japonais, en particulier en ce qui concerne l'offre d'applications, beaucoup plus intéressante à l'image de KODI, PLEX et VLC. Netflix 4K est bien entendu aussi de la partie. La section multimédia reste dans la même lignée que l'an passé avec la prise en charge des vidéos HD et 4K, ainsi que la compatibilité avec les codecs HEVC et VP9 (entre autres). À l'exception du bitstream audio HD toujours absent (une constante chez toutes les marques), difficile de lui reprocher quoi que ce soit sur ce point. Pareil du côté des connectivités, outre les classiques WiFi, NFC et Bluetooth, l'ajout du Google Cast permet de streamer le flux audio/vidéo d'une application comme MyCanal ou Spotify sur son téléviseur.

Pour plus d'informations, accédez à notre test du Sony KD-55X85C.
Tous les prix !
MarchandPrixPortLivraison 
Iacono1269,00 €gratuit €Non communiqué
Magma1249,00 €gratuit €2/3 jours
 

Panasonic TX-65CX700E : la qualité d'image 2D avant tout


Panasonic CX700

Même si certains modèles 55 pouces méritent quelques considérations, pour un budget supérieur à 2000 euros le 65 pouces est à nos yeux le choix le plus logique en 2015. Malgré un positionnement peu évident avec le TX-55CX800 et l'incurvé CR850, le téléviseur Panasonic possède de nombreux atouts dans sa poche, et notamment un contraste puissant de 3820:1 à 120 cd/m², pour une profondeur des noirs de 0,02 cd/m² lui assurant ainsi une bonne densité et visibilité dans les scènes sombres. La qualité d'image Panasonic fait le reste, le savoir-faire du fabricant japonais en la matière est indiscutable, avec une image d'un naturel et d'une précision savoureuse.

Déjà bonne en sortie de carton en mode Cinéma, une fois le téléviseur calibré la colorimétrie est excellente, et ce malgré des outils de calibration un peu plus légers qu'à l'accoutumée. Rien de rédhiboire cependant. En ce qui concerne la fluidité, son efficacité est assez relative. Le réglage Bas laisse toujours apparaître quelques saccades, tandis qu'à l'oppose les réglages Moyen et surtout Haut engendrent un effet . L'utilisation du mécanisme Intelligent Frame Creation (IFC) peut y remédier en partie, mais son utilisation reste à discrétion. Pour les jeux, nous avons mesuré l'input lag à 39 ms, c'est amplement suffisant pour la plupart des gamers avec environ 2 images par seconde de retard.

Le seul point faible du CX700 réside au niveau de la 3D, sympathique à l'occasion notamment grâce à la très belle luminosité offerte, mais le crosstalk vient gâcher l'expérience. La 3D n'est plus une priorité pour les fabricants, ça commence à se voir...

La section multimédia vient parachever le tout. Elle est conforme à ce que l'on attend d'un téléviseur en 2015 avec la prise en charge des formats MVK, MP4, VOB, AVI, WMV, FLAC, WAV, etc. en USB et DLNA, et le décodage du HEVC et VP9. La partie est assez sympathique, néanmoins l'offre d'applications est à l'heure actuelle insuffisante en comparaison de ce qu'offre la concurrence.
Tous les prix !
MarchandPrixPortLivraison 
Villatech1999,00 €gratuit €En stock
Ubaldi1880,00 €gratuit €En stock
GrosBill.com1999,00 €11,00 €En stock
 

Sony KD-65X9305C : né sous la bonne étoile

Sony X9305C

Après l'excellent X9005B, Sony transforme à nouveau l'essai avec un X9305C qui gagne en maturité. Si l'on se posera inévitablement la question de l'homogénéïté en considérant l'écart entre les deux versions envoyées par Sony, la première touchée par du blooming, banding et DSE (défauts malheureusement habituels en 2015 sur une large majorité de TV UHD), et la seconde quasi-parfaite, les qualités du téléviseur Sony n'en reste pas moins indiscutables.

Toujours doté de cette image très typée « cinéma », le téléviseur offre un contraste superbe qui culmine à plus de 5200:1 une fois calibré à 120 cd/m², une profondeur des noirs impressionnante pour un Edge LED qui oscille entre 0,02 cd/m² et 0,01 cd/m², on soulignera d'ailleurs un Local Dimming encore mieux maîtrisé que l'an dernier grâce au nouveau processeur X1. La colorimétrie est excellente, on note d'ailleurs une amélioration au niveau des dégradés de couleurs, et une compensation de mouvements Motionflow qui reste à ce jour la meilleure solutions du marché par son naturel. À ce titre, l'apport du Black Frame Insertion (BFI) est appréciable, même si encore perfectible. Le téléviseur est également compatible HDR, malheureusement la mise à jour n'était pas encore déployée au moment ou le téléviseur nous a été confié, nous ne doutons cependant pas de ses performances, en particulier lorsque l'on considère sa puissance lumineuse qui dépasse allègrement les 400 cd/m². Quant au système audio embarqué, il conserve les mêmes qualités que son aîné, notamment un grave bien présent et une bonne mise en avant des voix. Pour ceux qui veulent voir plus grand, le KD-75X9405C est un choix à sérieusement considérer avec en prime les avantages procurés par un rétroéclairage Full LED (mais un PEL en moins).

Comme l'ensemble de la gamme UHD du fabricant, le X93C accueille l'OS Smart TV Android TV. Si l'ensemble demande encore certains ajustements, quelques bugs et lenteurs étant notables, l'interface présente bien des avantages en comparaison de celle proposée autrefois, en particulier en ce qui concerne l'offre d'applications, beaucoup plus intéressante que l'ancien SEN. La section multimédia reste dans la même lignée que l'an passé avec la prise en charge des vidéos HD et 4K, ainsi que la compatibilité avec les codecs HEVC et VP9 (entre autres). À l'exception du bitstream audio HD toujours absent (une constante chez toutes les marques), difficile de lui reprocher quoi que ce soit sur ce point. Pareil du côté des connectivités, outre les classiques WiFi, NFC et Bluetooth, l'ajout du Google Cast permet de streamer le flux audio/vidéo d'une application comme MyCanal ou Spotify sur son téléviseur.

AVHD Award Reference


Pour plus d'informations, accédez à notre test du Sony KD-65X93C.
Tous les prix !
 


Quelle TV OLED choisir ?

Future remplaçante de la TV LED, mais également du , la TV OLED se décline de deux manières : l'OLED RGB traditionnel produit par Samsung, composé de trois sous-pixels pour les couleurs primaires, et le White OLED (WOLED) de qui ajoute un sous-pixel blanc afin d'optimiser la durée de vie des diodes RGB. Dans les deux cas les deux principaux avantages résident en thoérie dans un taux de contraste infini, une profondeur des noirs abyssale (0 cd/m²) et un input lag très faible.

Seul et unique acteur sur le marché des dalles OLED (le CZ950 de Panasonic intègre une dalle LG), le fabricant coréen parvient ces deux dernières années, et tout particulièrement depuis 2015, à proposer une offre beaucoup plus mature. Bien aidé par l'absence de concurrence, si l'on pouvait craindre un temps que LG se repose sur ses lauriers, au contraire, l'ambition à moyen terme est d'insuffler une dynamique beaucoup plus importante, avec l'objectif de remplacer progressivement une partie de sa gamme IPS LED par de l'OLED.

LG EG960V

Notre choix se porte tout d'abord vers les TV OLED Ultra HD LG 55EG960V et le récent 55EF950V en version écran plat. Non content de délivrer une très belle qualité d'image, grâce entre autres à un upscaling UHD et désentrelacement de qualité, une colorimétrie naturelle, et de nombreux filtres de post-traitement pour améliorer la netteté ou réduire le bruit vidéo, l'atout numéro un des EF950V et EG960V reste leur contraste "infini", grâce une profondeur des noirs superbe et une luminosité plus élevée que sur les précédentes génération, du fait de leur compatibilité HDR.

L'uniformité des deux téléviseurs est également en hausse, les deux seuls véritables reproches à formuler résident au niveau des angles légèrement assombri, et la présence d'un léger banding. Ensuite, malgré les efforts conssentis, la compensation de mouvements reste encore perfectible, LG n'a pas encore trouvé le juste milieu comme nous l'avions déjà constaté sur le 65UF950V. L'input lag reste correct, et même meilleur que les modèles 2014, avec un retard à l'affichage mesuré à 57 ms; suffisant pour les joueurs occasionnels, pour les hardcore gamers il faudra encore attendre avant de voir LG passer sous les 30 ms. Ensuite, malgré une 3D superbe et lumineuse, les deux écrans n'en restent pas moins impactés par le crosstalk. Dommage.

La partie fonctionnalités s'avère comme toujours très complète (PVR, Timeshift, etc.), le passage à l'interface webOS 2.0 est d'ailleurs l'une des principales nouveautés cette année, elle offre une ergonomie relativement excellente pour l'accès aux applications et aux différents services (VOD, TV de rattrapage, jeux, etc.), mais on soulignera avant tout une fluidité et une réactivité en hausse, sans commune mesure avec les téléviseurs passés entre nos mains cette année. La section multimédia, déjà très complète au demeurant, peut aussi s'enorgueillir cette année de l'ajout du codec VP9 en complément du HEVC.
Tous les prix !
MarchandPrixPortLivraison 
Iacono3290,00 €gratuit €Non communiqué
Iacono3195,00 €gratuit €Non communiqué
Ubaldi2999,00 €gratuit €En stock
FNAC2999,00 €gratuit €En stock
Amazon Marketplace3107,00 €Voir site €4/7 jours
 

Tous les prix !
MarchandPrixPortLivraison 
Atlanpolis.com5488,99 €gratuit €En stock
Villatech5489,00 €gratuit €En stock
Iacono5479,55 €gratuit €Non communiqué
FNAC5499,00 €gratuit €En stock
Darty5490,00 €gratuit €En stock
 


N.B : Certains lecteurs s'interrogeront probablement sur l'absence du TV OLED UHD Panasonic TX-65CZ950. Si nous ne nous doutons absolument pas des qualités du téléviseur, le savoir-faire de Panasonic étant indiscutable comme le fabricant japonais l'a si souvent montré ces dernières années avec les TV plasma et plus récemment les TV LED, malheureusement l'envoi du CZ950 par le fabricant n'est aujourd'hui pas envisagé. Un jour prochain nous l'espérons...
Facebook Twitter